Blog

Annie Saumont ou l'art de la nouvelle

La nouvelle n'est pas reconnue à sa juste valeur en France. Le sacro-saint roman occupe presque tout l'espace de l'édition. Comme si écrire un roman était la seule manière d'être reconnu en tant qu'auteur. Est-ce une prétention française parmi tant d'autres ? La nouvelle est-elle considérée comme un genre mineur ? Oui, à tort ! L'écriture d'une nouvelle est un travail minutieux, précis. En peu de pages, une nouvelle peut nous rendre amers, nous terrifier, nous faire frissonner, nous rendre joyeux.

Annie Saumont, spécialiste de la nouvelle, en est la preuve. Traductrice notamment de Salinger ou de Fowles, elle s'est consacrée en grande partie à la nouvelle, pour notre plus grand plaisir. Elle a reçu de nombreux prix, dont le Goncourt de la nouvelle pour Quelquefois dans les cérémonies. Traduite dans le monde entier, l'oeuvre d'Annie Saumont est sensible, singulière, incisive, cruelle souvent, sans oublier d'être également bienveillante. Chaque mot est utile, le superflu n'a pas sa place, les libertés prises avec la ponctuation renforce l'intensité du propos... Lisez les nouvelles d'Annie Saumont et vous comprendrez pourquoi la nouvelle est un acte d'écriture majeur !

Laurent Jacotey

Ecrire une nouvelle ? Quelques conseils...

La nouvelle est un genre à part entière. La nouvelle n’est surtout pas un roman en abrégé. Il existe des formes multiples de nouvelles et les constantes sont difficiles à définir. Il est cependant possible de dégager quelques « principes » concernant la nouvelle :

- Unité d’action, de temps et de lieu. L’action est simple, brève, centrée autour d’un seul événement (une crise, une courte aventure, une impression, une vision, un instant de vie intense…), d’un seul moment, d’un seul endroit. A contrario du roman qui est dans la multiplicité de situations, d’événements, d’actions, de temporalités, de lieux, de personnages...

- Les personnages sont peu nombreux. Un personnage principal occupe le texte. Les personnages secondaires sont tous nécessaires et subordonnés au héros et au moment évoqué.

- Il y a généralement une bascule dans le texte - un événement inattendu, une phrase ou une révélation inattendue… - qui fait que « rien ne sera plus jamais comme avant ». Ce n’est pas forcément un événement dramatique, il peut s’agir d’un incident, d’une phrase qui trouble, d’une attitude qui heurte…

- La chute sera ouverte ou fermée, il existe également des nouvelles sans chute qui donne juste à voir un moment, une situation vécue par les personnages.

- L’écriture de la nouvelle ne supporte pas un rythme somnolent et des propos superflus. Tout doit y être nécessaire, calculé, vital. Tension, intensité sont les maîtres-mots de la nouvelle.

Laurent Jacotey

Lire ou relire Grace Paley

Grace Paley (1922-2007) écrivait peu. Côté fiction, elle nous a laissé trois recueils de nouvelles : Les petits riens de la vie ; Plus tard le même jour ; Enorme changement de dernière minute. Et pourtant, elle est considérée comme l'un des écrivains américains essentiels du XXe siècle. Ces trois recueils ont été réédités il y a quelques années en un seul volume aux Editions Payot & Rivages. Grace Paley y raconte le minime de la vie, les splendeurs et les misères de la condition humaine. Grace paley, c'est une voix qui résonne encore par sa lucidité, sa moquerie, sa justesse, sa tristesse et sa drôlerie.

Miltante politique des années 1960 et 1970, elle a fait preuve d'une grande liberté de ton et d'esprit. Droits des femmes, des Noirs, pacifisme, guerre du Vietnam, écologie...ses combats furent multiples.

Laurent Jacotey